La contre-visite du contrôle technique

La contre-visite du contrôle technique est une deuxième visite faite après le contrôle technique d’un véhicule afin de vérifier si les défauts du premier examen ont bien été réparés.

Elle doit être effectuée dans un délai de 2 mois à compter de la date du contrôle technique. Après ce temps, un nouveau contrôle technique doit être effectué.

Pourquoi doit-on passer une contre-visite ?

Trois types de défaillances peuvent être détectées lors du contrôle technique, à savoir :

  • une défaillance mineure,
  • une défaillance majeure,
  • une défaillance critique.

Les deux dernières défaillances entraîneront une contre-visite.

En effet, si le contrôle détecte un dysfonctionnement ou un mal-fonctionnement sur les 72 points de contrôle spécifiques, alors la contre-visite s’impose. Il peut s’agit des clignotants ou des phares défaillantes, mais aussi des défaillances concernant le dispositif de freinage ou celui des équipements comme les sièges ou encore les ceintures de sécurité.

L’état des pneus et leur adhérence ou encore la bonne visibilité du conducteur sont autant de critères à respecter afin d’éviter la contre-visite. Un niveau de pollution trop élevé peut être aussi un motif de contre-visite.

Pour rappel : la contre-visite n’est pas systématique.

En somme, si le contrôleur constate la moindre élément pouvant compromettre la sécurité, la contre-visite s’impose. Il y a également contre-visite lorsque la réglementation en vigueur n’est pas respectée telle qu’une plaque d’immatriculation peu lisible.

Quand passe-t-on la contre-visite ?

Si vous devez passer une contre-visite, vous aurez un délai de 2 mois pour réaliser les réparations, puis vous présenter dans un centre agréé pour la contre-visite. La date limite est indiquée sur le timbre S collée sur votre carte grise.

Attention : les réparations doivent être effectuées dans un garage de votre choix et non au centre de contrôle technique.

Lors de la contre-visite, le contrôleur examine la fonction concernée. Si les réparations ont été bien faites, il posera un timbre A sur votre carte grise qui signifie que le contrôle technique est valable pour les 2 prochaines années.

Par contre, si le problème n’est pas réglé lors de la contre-visite, le contrôleur posera un nouveau timbre S. Il est à noter que la date d’échéance de 2 mois pour effectuer les réparations ne sera pas prolongée, même si vous devez refaire la contre-visite. En effet, vous serez plus gagnant en faisant les réparations plutôt que de refaire la contre-visite.

Pareillement au contrôle technique, en France le prix de contre-visite est libre.  Le coût varie entre 10 et 15 euros, toutefois près de 20% des centres de contrôle technique offrent la contre visite à leurs clients.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *