Le Parlement européen vote pour une loi visant à interdire la vente de véhicules diesel et essence

Mercredi 8 juin 2022, le Parlement européen s’est réuni pour entamer des négociations au sujet du climat. Sur la table est vite arrivé le secteur de l’industrie automobile, actuellement en proie à une véritable révolution. En effet, le verdict est clair : si le Conseil européen valide cette décision, dès 2035, les voitures et camionnettes neuves à essence ou diesel seront interdites à la vente.

voiture électrique

Vers une réduction des émissions liées aux voitures de 55 %

Afin de réussir le pari qui consiste à réduire de moitié les émissions de gaz toxiques émis par les voitures, le Parlement européen a adopté par 339 voix contre 249, la proposition visant à interdire dès 2035 la commercialisation de voitures et de camionnettes neuves non électriques. Si le Conseil européen acte cette décision dans les semaines à venir, l’industrie automobile devra opérer certains changements. 

Des aides pour obtenir des voitures neuves zéro émission

Plus onéreuses que les véhicules thermiques, les voitures électriques ont tendance aujourd’hui à être boudées par les Français qui favorisent d’abord l’achat de voitures neuves essence, hybride puis diesel. Pourtant, de nombreuses primes et aides de l’État offrent des crédits d’impôt et des ristournes avantageuses. D’ici 2035, de nouvelles mesures devraient être prises par le gouvernement afin que ce type de véhicule devienne accessible à plus de ménages.

La vente de véhicules thermiques neufs interdite, mais celle des voitures à essence ou diesel d’occasion autorisée

Malgré l’annonce de cette nouvelle mesure, les voitures et camionnettes essence et diesel ne devraient pas disparaître tout de suite des routes européennes. En effet, la loi interdit uniquement la vente de véhicules thermiques neufs. Le marché de l’occasion, qui concerne la majorité de la population, reste quant à lui, libre de poursuivre ses transactions, quelle que soit la motorisation des véhicules vendus. 

Une mesure qui favorise le chômage

Si passer au 100 % électrique peut être un atout pour le climat, les employés de l’industrie automobile voient pour l’heure d’un mauvais œil cette nouvelle mesure.

En stoppant la fabrication de voitures essence et diesel, ce sont en effet plus d’un demi-million de personnes qui pourraient être licenciées. 

Néanmoins, des reconversions professionnelles seront possibles, notamment pour rattraper la Chine, qui a déjà une longueur d’avance sur sa faculté à concevoir des batteries électriques. Les nouveaux besoins de l’industrie automobile pourront, à l’inverse, favoriser l’emploi et permettre à des employés de se former dans des métiers d’avenir. 

Professionnel agréé Ministère de l'Intérieur

Les derniers articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.