CORONAVIRUS : délais allongés pour passer le contrôle technique

contrôle technique

Avec le confinement annoncé par le gouvernement afin de limiter la propagation du Coronavirus COVID-19, de nombreuses entreprises sont à l’arrêt. C’est notamment le cas de la plupart des garagistes et des centres de contrôles techniques. Pourtant, des milliers de voitures devaient passer leur contrôle technique dans les prochaines semaines. Le gouvernement a annoncé de nouvelles mesures exceptionnelles.

Contrôle technique : tolérance de 3 mois accordée

En pleine épidémie de Coronavirus, le gouvernement a annoncé lundi 23 mars des mesures concernant le contrôle technique.

«  Une tolérance de trois mois est accordée pour les délais du contrôle technique des véhicules légers. Cette tolérance s’applique également aux délais prévus par la réglementation pour réaliser les contre-visites, » ont annoncé la ministre de la Transition écologique, Élisabeth Borne, et le secrétaire d’État chargé des Transports, Jean-Baptiste Djebbari.

Concernant le contrôle technique des poids lourds, la tolérance a été fixée à 15 jours.

Cette mesure de tolérance fera l’objet d’un arrêté. Il sera publié ce jour, mardi 24 mars, au Journal officiel.

Pour rappel, le contrôle technique est obligatoire. Il permet de contribuer à la sécurité routière des véhicules. Pour vendre une voiture, celle-ci doit avoir passer le contrôle technique sans encombre.

Respect du confinement

Le gouvernement a pris cette mesure dans l’objectif de faire respecter le confinement par les Français. Ils avaient en effet peur que des automobilistes se rendent dans des centres de contrôles techniques juste par peur d’être verbalisé par les forces de l’ordre.
L’objectif est de protéger les salariés des centres de contrôle mais aussi les propriétaires de véhicule de la pandémie de Coronavirus.

Soyez rassurés, même après la fin du confinement, il vous restera plusieurs semaines pour passer votre contrôle technique. Si jamais la police ou la gendarmerie vous arrête, vous pouvez leur montrer le décret publié au Journal Officiel. Il existe tellement de nouvelles lois (et la communication n’est pas toujours faîtes) que les forces de l’ordre peuvent ne pas être au courant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *